Souris

Une souris est un dispositif de pointage pour ordinateur. Elle se compose d'un petit boîtier fait pour tenir sous la main, sur lequel se trouvent un ou plusieurs boutons.



Catégories :

Dispositif de pointage - Capteur - Composant électronique - Contrôleur de jeu - Périphérique d'entrée

Recherche sur Google Images :


Source image : boussac.free.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Ils disposent de boutons différents pour le «click droit», le «click gauche.... Le mouvement de la souris est le plus souvent traduit par le mouvement d'un... (source : gateway2at)
  • La souris est un petit objet attaché à votre ordinateur ou à son clavier par... Si vous déplacez la souris vers la droite, le curseur suit votre mouvement et se... Sur sa partie supérieure, la souris possède un ou plusieurs boutons.... (source : arpegemusique)
  • Les souris disposant de plusieurs boutons permettent d'entrer plus rapidement... La forme de la souris est un peu arrondie pour mieux se loger dans la... du crayon ce qui permet une régulation immédiate du mouvement de la main.... (source : tecfa.unige)
Souris à fil, avec deux boutons et une molette

Une souris est un dispositif de pointage pour ordinateur. Elle se compose d'un petit boîtier fait pour tenir sous la main, sur lequel se trouvent un ou plusieurs boutons.

La souris a été découverte en 1968 par Karl du CFP desriverains après des tests d'utilisation basés sur le trackball. Elle a été perfectionnée par Karl à son domicile dès 1979 grâce à l'adjonction d'une boule et de capteurs ; il produit la souris Depraz qui a été à l'origine de l'entreprise Logitech.

Pendant plusieurs décennies, les souris étaient de simples trackballs inversées. La friction de la boule contre la table permettait le mouvement du pointeur sur l'écran. Les souris à boules ont été surtout remplacées par les souris optiques. Le dispositif mécanique à boule avait en effet tendance à ramasser la poussière de la surface horizontale ainsi qu'à encrasser les rouleaux capteurs, ce qui exigeait un nettoyage interne régulier.

Les toutes premières souris avaient leur fil à l'arrière, et par là ressemblaient plus toujours à des souris (le mammifère) que les souris actuelles (dont certaines n'ont d'ailleurs plus de fil du tout).

Utilisation

Pointage absolu et relatif

De nombreux dispositifs ont été imaginés pour déterminer les actions qui seront effectuées à l'écran : crayon optique, écran tactile, boule, joystick, tablette tactile, molettes diverses, tablette graphique, trackpoint.

Tandis que certains d'entre eux donnent un pointage absolu (les écrans tactiles, par exemple), la souris détecte un déplacement. Ce dernier, par sommation, apporte par conséquent une position relative : par exemple, un mouvement de la souris vers la droite provoque un mouvement du pointeur à l'écran vers la droite, indépendamment de la position absolue de la souris sur le plan de travail. Si le pointeur se trouve déjà à droite de l'écran, un mouvement de la souris vers la droite n'aura aucun effet (l'environnement graphique veille en effet à ce que le pointeur ne puisse apparaître que dans des zones autorisées).

La souris ne sert à apporter que deux informations de position (x et y). Ce système ne convient par conséquent pas pour un déplacement spatial de précision strict trois coordonnées (x, y et z) lorsque ce n'est pas six (en y ajoutant les trois angles d'attaque). D'autres systèmes, plus onéreux (ring, bat) existent à cet effet.

Tenue en main

Position du clavier comparé au corps et souris dans la main gauche.
Souris dans la main droite, le bras est dirigé vers la droite à cause du pavé numérique à droite du clavier.

Une souris se tient le corps dans la paume, les boutons sous les doigts (le fil, s'il y en a un, étant à l'opposé de l'utilisateur). Pour la tenue de la souris de la main gauche, l'index se situe sur le clic droit, le majeur sur le bouton molette centrale et l'annulaire sur le clic gauche. Le pouce et l'auriculaire se place de chaque côté de la souris. Le mouvement sur la table est reproduit à l'écran. Il est bien de poser les coudes sur les accoudoirs pour reposer les muscles. L'avant du bras et la main sont alignés et le poignet est non cassé.

Certains spécialistes conseillent de tenir la souris de la main gauche[1], [2] car la tension musculaire est plus faible de plus cela libère la main droite pour taper sur le clavier numérique. Bien que les claviers soient loin de tous avoir un pavé numérique (par exemple début 2009, Apple vend des claviers avec ou sans, et exclusivement sans pour les sans-fil[3]), ce qui est le cas de certains ordinateurs portable. Il existe des pavés numériques externes qui peuvent être positionnés à gauche ou à droite du clavier alphabétique suivant les prédilections de placement de la souris.

Support

Il était utile avec les anciennes souris «mécaniques» d'avoir un support bien homogène pour que la souris glisse aisément et régulièrement. On nommait ce support un tapis de souris et il pouvait être en papier, plastique, tissu, etc. Actuellement, la table sur laquelle est posée la souris suffit.

Des plaques de déplacement pour souris, jouant le rôle de «tapis» rigides, furent aussi apportées en standard avec les premières souris optiques au milieu des années 1980, ainsi avec la souris (optionnelle) «5277» de l'écran IBM 3179-G pour mainframe : elles étaient métalliques, vernies, et pourvues de cannelures noires permettant à l'électronique de l'époque de suivre le mouvement de la souris.

Le verre et les surfaces brillantes ou trop sombres ne sont pas recommandés pour les souris optiques. Si le pointeur à l'écran ne reproduit pas les mouvements de la souris, il est recommandé de placer une feuille rigide de papier clair sous la souris pour réfléchir les rayons lumineux.

Souris symétriques et asymétriques

Il est reconnu comme plus commode pour les gauchers d'inverser les boutons : le bouton droit devient le bouton principal, alors que le bouton gauche devient le bouton accessoire. Cependant, dans la pratique, les gauchers n'ont pas forcément la possibilité d'inverser les boutons et s'adaptent particulièrement bien à l'utilisation d'une souris à la configuration optimisée pour un droitier, même en s'en servant de la main droite. Plus rarement, on constate que certains droitiers tiennent leur souris de la main gauche néenmoins l'utilisation de la souris de la main gauche est avantageuse car cela provoque moins de problème de santé [1].

Certaines souris sont symétriques, se prêtant aisément à l'inversion des boutons (accessible dans la configuration du dispositif), d'autres sont asymétriques, et les gauchers devront veiller à choisir des souris inverses des droitiers. Dans la pratique, cette asymétrie obéit à un impératif plus marketing que fonctionnel.

Les documentations mentionnant historiquement des boutons gauche et droit, il revient aux gauchers qui ont inversé les leurs d'inverser aussi ces termes.

Souris et handicap

Utilisation par les personnes déficientes

Certaines souris à retour de force sont conçues pour donner une sensation de dureté :

Ces souris permettent un usage plus commode par des personnes ayant des problèmes de vue.

Un paramètre du pilote actuellement répandu sert à simuler le clic ou le double-clic au moyen de mouvements saccadés spécifiques.

Source de handicap

Souris avec boule de commande, que le marketing de cette société présente comme étudiée pour minimiser les inconvénients dus à une utilisation intensive. Le modèle représenté est pour droitier, il existe aussi pour gaucher.

La souris est un accessoire peu dangereux lorsque le poste de travail est correctement configuré (bras de l'utilisateur à l'horizontale et en particulier pas montant, même particulièrement un peu). Comme tout ustensile utilisé intensivement, elle peut provoquer des lésions, en l'occurrence des tendinites. On peut en atténuer le risque en alternant l'usage de la main droite et de la main gauche, ce qui demande cependant un entraînement. Les activités professionnelles strict un usage permanent de la souris peuvent induire le syndrome du canal carpien, ou alors la formation de callosités, ou de capsulite rétractile de l'épaule, et même des déformations de la main et du poignet. Les constructeurs essaient avec plus ou moins de succès des formes de souris plus ergonomiques, existant en version droitier et gaucher.

Selon des chercheurs néerlandais, la totalité main/bras ou cou/épaule est affecté de manière proportionnelle au nombre d'heures passées en utilisant la souris, avec un risque plus important pour le bras et la main que pour la région cou/épaule. La souris aurait d'autre part plus d'impacts négatifs sur la santé que l'utilisation de l'ordinateur sans souris, ou que l'unique clavier sans souris[4].

Connecteurs de souris

Avec fil

Les premières souris Macintosh avaient leur propre connecteur ; elles utilisèrent ensuite l'ADB (Apple Desktop Bus).

Les premières souris pour PC utilisaient soit un connecteur sur un port spécifique (VisiCorp), soit un port série (ou port RS-232)  ; à partit d'avril 1987, ce dernier commença à être remplacé par le port PS/2. Par la suite, ce port fut distingué par une teinte verte du port clavier, lui-même affecté du violet, car les détrompeurs utilisés pour éviter les confusions détérioraient les connecteurs en cas de manipulation insuffisamment délicate.

Depuis 1997, les souris pour Mac et PC utilisent le port USB ; ce type de connexion devient depuis le standard pour l'ensemble des souris à câble.

Sous Unix, et spécifiquement sous les dispositifs X-Window, il est quelquefois indispensable d'indiquer le périphérique et son protocole au fichier de configuration du serveur X. Ainsi, pour une souris USB, on indiquera le périphérique /dev/input/mice ; pour une souris PS/2 /dev/psaux ; et pour une souris Série /dev/tty0 à tty4 suivant le port.

Sans-fil

Souris sans fil.

Les technologies actuelles permettent de s'affranchir d'une connexion physique entre la souris et l'ordinateur, en passant par une liaison infra-rouge ou radio. Un boîtier est relié au port classique conçue pour la souris et transforme les signaux reçus par le capteur infra-rouge ou radio en signaux compréhensibles par le protocole standard de la souris. La technologie radio offre l'avantage de passer par-dessus les obstacles, comparé aux infra-rouges. On utilise un dispositif de canaux radio pour ne pas mélanger les signaux de différents appareils.

L'avenir semble à la technologie Bluetooth, standardisée pour tout type de périphérique, qui évite la profusion d'émetteurs/récepteurs.

La plupart des souris sans fils sont alimentées soit par des piles, soit par une batterie/accumulateurs (fréquemment nommés «piles rechargeables»), qui se rechargent quand on pose la souris sur son réceptacle.

Les souris sans fil peuvent avoir un temps de réponse plus long que les souris filaires, selon la technologie employée. On parle aussi de latence ou de «lag» dans le jargon des joueurs.

Sans fil et sans pile

Le gros inconvénient des souris sans fil est l'obligation de les alimenter en énergie, ce qui conduit à remplacer régulièrement les piles ou à les recharger.

Il existe des souris magnétiques, qui nécessitent un tapis spécial relié au port USB et alimenté par lui. Le tapis est chargé de détecter les mouvements de la souris et les transmet à l'ordinateur.

Les tablettes graphiques peuvent aussi utiliser une souris à la place du stylet, mais la zone de détection reste limitée à celle du tapis ou de la tablette.

Boutons et leur utilisation

Souris à 1 bouton
Souris à 2 boutons
Souris à 3 boutons

Les souris standard pour PC ont actuellement une molette en plus de leurs deux boutons ; la molette (un bouton spécial) qui peut autant être tournée (molettes mécaniques) que pressée (Trackpoint, donnant respectivement un et deux degrés de liberté aux souris correspondantes) s'est répandue. Les souris avec d'avantage de deux boutons (voire deux molettes) remplissent différentes fonctions assignées à chacun par les applications, le pilote ou le système d'exploitation.

A titre d'exemple, un utilisateur du bureau Windows, GNOME ou KDE utilisera le bouton de gauche dans le navigateur web pour suivre les liens, tandis que celui de droite fera apparaître un menu contextuel permettant à l'utilisateur de copier des images ou un lien, d'imprimer, etc.

Apple a longtemps continué de produire des ordinateurs avec des souris ne comptant qu'un seul bouton, car leurs études montraient que les souris à un bouton sont plus faciles à utiliser. Pour obtenir le menu contextuel, ouvert par le bouton droit sur les PC, il faut maintenir la touche Contrôle — fréquemment Ctrl — appuyée au cours du clic. Néanmoins, en août 2005, Apple a sorti une souris à quatre boutons (droite, gauche, un trackpoint à la place d'une molette un double-bouton latéral). En pratique, l'ensemble des Mac reconnaissent d'emblée n'importe quelle souris USB à deux boutons.

Dans le monde UNIX ou Linux (d'une façon plus générale utilisant X Window System), le troisième bouton est habituellement utilisé pour la fonction de collage : un simple balayage d'une zone de texte avec le bouton gauche enfoncé copie du texte, un clic sur le bouton central le colle.

Du fait que le troisième bouton est presque standard sous Unix, on lui a attribué de nombreuses autres fonctions dans les bureaux graphiques évolués : un clic central sur de nombreux éléments du bureau ou des fenêtres donne un accès facile à de nombreuses fonctions.

Sous la majorité des navigateurs web récents, un clic central sur un lien ouvre la page dans un nouvel onglet, un clic central sur un onglet ferme ce dernier.

Pour les souris qui n'ont que deux boutons, il est envisageable de simuler un troisième bouton par appui simultané sur les deux boutons.

Pour la majorité des souris actuelles, le troisième bouton se présente sous la forme d'une roulette cliquable servant à faire défiler les pages sans déplacer la souris.

On trouve aisément des souris ayant les deux boutons classique, une molette qu'on peut cliquer (soit déjà 5 actions envisageables, qu'on nomme 5 boutons), plus toujours deux boutons «précédent» et «suivant». Ces deux derniers boutons servent par exemple à consulter la page précédente ou suivante dans un navigateur web ou un explorateur de fichiers. Ils sont quelquefois intégrés à la molette, qui peut basculer à droite ainsi qu'à gauche.

Il existe aussi une souris à quatre boutons ayant un bouton droit, un bouton gauche, un bouton sur la molette et deux autres boutons sur les côtés qui marchent ensemble. Cette souris développée par Apple, la Mighty Mouse s'accorde idéalement avec Mac OS X. Il est envisageable d'appliquer des actions à effectuer comme ouvrir des applications quand on clique sur un bouton.

Entretien

Les souris sans boule demandent peu d'entretien.

Les modèles à boule doivent être souvent démontés, car de la poussière se met sur les rouleaux, gênant leur rotation. Cela se fait aisément à la main, mais il peut être indispensable, dans les cas d'encrassement sévère, de recourir pour cette opération à un accessoire de nettoyage, tel qu'un coton-tige un peu humide. Dans l'ensemble des cas, il est important de ne pas laisser tomber de saletés à l'intérieur du boitier de la souris, faute de quoi le risque de rencontrer des problèmes de fonctionnement futurs est fortement augmenté.

Il se met aussi de la crasse sur les patins glisseurs.

Les phénomènes d'encrassement sont diminués par les tapis en tissu, ou par une forme spéciale des rouleaux. Les rouleaux ont la fine zone directement en contact avec la boule d'un diamètre légèrement plus grand que le reste du rouleau. La poussière se dépose par conséquent autour de cette zone, quand le mouvement de la boule le permet. Le déplacement dans un axe de la souris nettoie le rouleau détectant le mouvement perpendiculaire.

Par précaution, un nettoyage périodique de ce dernier est toujours le bienvenu pour limiter l'encrassement des organes mécaniques de la souris.

Il peut aussi arriver que la molette d'une souris s'encrasse. La poussière s'introduit progressivement sur la roue codeuse chargée de détecter la rotation. Dans ce cas, un démontage plus profond de la souris est indispensable.

Extensions du modèle de la souris

L'usage d'applications en OpenGL qui demandent six degrés de liberté au lieu de trois amènent à rechercher des systèmes de pointage servant à rentrer de façon analogique six informations simultanées[5] (trois de position et trois d'orientation)  : Spaceball, The bat, anneau radio orientable porté au doigt, etc.

Représentation graphique : le pointeur

Le pointeur de la souris est un graphisme (ou sprite) sur l'écran. Il peut prendre nombre de formes pouvant dépendre du contexte, et il sera à l'occasion dénommé curseur. Quand l'utilisateur déplace la souris, le pointeur se déplace. L'utilisateur peut ainsi sélectionner un élément (caractère, mot, bouton, image…).

Mesure des mouvements de la souris

Souris à boule :
1 : Mouvement de la boule
2 : Rouleau transmettant les mouvements latéraux de la souris
3 : Disque perforé
4 : Diode électroluminescente
5 : Capteur optique
Souris optique Sun avec son tapis

Plusieurs technologies sont ou ont été utilisées pour mesurer les mouvements de la souris.

Technologie mécanique

La souris contient une boule en contact avec le support où elle est utilisée. Deux rouleaux perpendiculaires entre eux actionnés par cette boule permettent de capter les déplacements de la souris sur le sol. Un troisième rouleau sert à stabiliser la boule. Les rouleaux sont solidaires d'un axe au bout duquel se trouve un disque perforé laissant passer la lumière d'une diode électroluminescente ou au contraire la bloquant. Une cellule photoélectrique recevant cette lumière apporte lorsque la souris se déplace un signal alternatif, grossièrement | sin (x) |, de fréquence proportionnelle à la vitesse. Avec un trigger de Schmitt, on peut obtenir un signal en créneaux, chaque impulsion créneau correspondant à une perforation, et on peut calculer la vitesse de déplacement de la souris selon chaque axe.

La résolution de la direction du déplacement (gauche-droite vs droite-gauche) se fait en utilisant deux cellules de réception décalées d'une demi perforation. Après conversion en signal en créneaux binaires (0 = pas de lumière, 1 = lumière), les booléens apportés par le couple de cellule prennent nécessairement la suite de valeurs (0, 0), (0, 1), (1, 1), (1, 0) dans cet ordre ou dans l'ordre inverse ; l'ordre indique la direction du déplacement. En effet, le placement décalé des deux cellules fait qu'on ne peut jamais passer directement d'un état où les deux sont éclairées à un état où les deux ne sont pas éclairées, ou vice-versa ; en d'autres termes, quand la souris se déplace, un seul des deux signaux booléens peut fluctuer à la fois (Code Gray sur deux bits). On obtient ainsi une résolution de ½ perforation.

Pour obtenir une position absolue sur l'écran, la solution la plus immédiate est de totaliser les impulsions (déplacement relatif de ±1 en abscisse ou en ordonnée)  ; ceci est le plus souvent fait par logiciel. Certains dispositifs permettent des manipulations plus complexes, comme un comportement non-linéaire vis-à-vis de l'accélération, censé favoriser la traversée de grandes zones d'écran par la souris sans fatigue de la main de l'utilisateur, les mouvements rapides (et peu précis) étant augmentés plus que les mouvements lents.

Les premières souris comportaient des cylindres à la place de la boule. Cela rendait la souris moins précise car les déplacement horizontaux et verticaux s'effectuaient moins aisément lorsqu'il s étaient associés lors d'un déplacement oblique.

Le principal inconvénient de la souris mécanique est le dépôt de poussières qui s'accumulent sur les rouleaux, modifiant aléatoirement le transfert des mouvements de la boule aux rouleaux. À cause de ce phénomène, la plaque trouée supportant la boule dans la partie inférieure de la souris est démontable, permettant à l'utilisateur de nettoyer les rouleaux. Un chiffon imbibé d'eau savonneuse y suffit pour la boule, des bâtonnets à bout de coton du commerce sont généralement nécessaires pour les rouleaux.

Technologie optique Mouse Systems

Développée par Mouse Systems vers 1982, elle utilise un tapis métallique, solide, rigide et quadrillé. En envoyant un rayon de lumière et en captant le retour, la souris arrive à savoir qu'un déplacement a eu lieu.

Elle a été utilisée sur des PC, et quelque temps par IBM sur son écran 3179-G, mais en particulier par Sun Microsystems pour ses stations de travail. Un inconvénient est que la mesure du mouvement dépend de l'alignement du tapis. Cette technique n'est plus utilisée.

Technologie optique DEL

En 1999, Agilent commercialise la première souris optique. Une micro-caméra filme le support et un processeur interprète le défilement des aspérités comme un mouvement. Cette technologie ne nécessite pas de tapis spécial, mais il faut quand même éviter les supports réfléchissants (verre, plastique brillant, bois vernis…) ou trop sombres.

Technologie laser

Découverte par les ingénieurs de Logitech. Ils ont remplacé la DEL de la souris optique par un petit laser, ainsi la source de lumière est plus intense et plus ciblée, permettant d'obtenir un meilleur cliché de la surface.

Technologie optique infrarouge

La Diamondback Plasma de Razer.

Découverte par les ingénieurs de Razer. Utilisée surtout sur les souris de la même marque, comme les Diamondbacks.

La tendance actuelle est aux souris commutables instantanément du doigt entre trois sensibilités différentes. On peut ainsi à la fois bénéficier de déplacements particulièrement rapides du pointeur et d'une excellente précision sans effort de tension nerveuse chaque fois qu'on en a besoin.

Performances

Les performances d'une souris se fondent sur le rapport du nombre de mesures effectuées par la souris sur la distance parcourue par celle-ci. On parlera de DPI (Dots Per Inches, Points par Pouce). Une souris classique à une précision d'environ 800 DPI. Énormément de souris ont désormais une précision de 1600 DPI, 2000 DPI voir quelquefois plus. Un nombre élevé de DPI permet une précision accrue lors du déplacement du pointeur

Gadgets

Ventilateur

Certaines souris disposent d'un ventilateur au centre avec un bouton sur un côté pour l'activer ou l'éteindre.

Souris vibrante

Certains constructeurs ont introduit des souris «sensibles» : au passage d'un objet (lien hypertexte, bouton, changement de fenêtre…) la souris vibre un peu, donnant une impression de relief.

Voir aussi

Notes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Souris_(informatique).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu